Communiqué de presse | BtoB, Baromètre, Cybersécurité, Management 19/09/2014 | 12:00

Paris, le 19 septembre 2014 – AXA Entreprises, qui accompagne 1 PME sur 3 en France, a souhaité donner la parole aux dirigeants de TPE, PME et ETI pour appréhender et comprendre leurs préoccupations actuelles. Réalisée par Ipsos auprès de 500 chefs d’entreprises de 10 à 500 salariés, la 1ère édition du baromètre AXA des préoccupations des chefs d’entreprise révèle leur état d’esprit, leurs préoccupations ainsi que leurs attentes.

  • 93% des chefs d’entreprise estiment que leur statut est insuffisamment valorisé.
  • Pour plus de 90%, le poids de la fiscalité et la complexité de la réglementation sont des préoccupations majeures.
  • 73% considèrent qu’il est difficile de recruter.
  • 80% sont préoccupés par le risque de mise en cause de leur responsabilité et ses conséquences civiles ou pénales.
  • Pour autant, seuls 9% considèrent que leur entreprise se porte mal.

Jad ARISS, Directeur général d’AXA Entreprises : « Nous avons une vision privilégiée des entreprises au quotidien puisqu’AXA Entreprises assure 1 PME sur 3. Nous voyons leurs difficultés et leurs réussites. À travers cette enquête, nous avons souhaité recueillir les préoccupations des entrepreneurs et les faire connaître. En effet, les chefs d’entreprise disent se sentir peu reconnus. Leur donner la parole, à travers cette enquête, est une façon, aussi, de relayer leur opinion et de lui donner une plus large audience.
Aller plus loin que le strict exercice de notre métier d’assureur, participer au débat sur les sujets qui sont au coeur de l’économie et contribuer à les éclairer, c’est ainsi que nous concevons notre rôle et notre responsabilité. »

Un sentiment largement partagé : le statut de chef d’entreprise est peu valorisé et mériterait de l’être d’avantage

Pour 9 chefs d’entreprise sur 10, « les patrons de PME devraient être plus valorisés dans la société, compte tenu de leur rôle vis-à-vis de l’emploi ». De même, ils sont 92% à estimer qu’« on parle beaucoup des grandes entreprises mais que les PME sont souvent oubliées ». Enfin, 74% d’entre eux pensent qu’ils sont souvent vus, à tort, comme des « patrons bien payés ».

Les principales difficultés des chefs d’entreprise : le poids de la fiscalité et de la règlementation mais surtout l’incertitude dans ces domaines.

Avant même les difficultés liées à l’activité - trésorerie, impayés, concurrence, nouvelles technologies - la fiscalité est pointée comme la difficulté majeure en raison de son poids pour 92% d’entre eux, de l’incertitude qui la caractérise pour 90% et de sa complexité pour 85%. À celle-ci s’ajoute celle de la réglementation pour 9 patrons sur 10. Le manque de visibilité dans ce domaine et, plus largement, sur la situation économique, pèse tout particulièrement.

Autre préoccupation majeure, l’emploi et la gestion des ressources humaines, d’où des souhaits d’assouplissement

La difficulté à recruter est considérée par 73% des chefs d’entreprise comme très importante ou importante, notamment en raison du manque de main d’oeuvre qualifiée (66%). Le turnover des employés est également un souci pour 41% d’entre eux alors que 78% se sentent concernés par le nouveau rapport des jeunes au travail et 69% par le bien-être des salariés et la lutte contre le stress au travail.

Dans ce contexte, l’assouplissement du temps de travail ou des règles régissant les contrats sont au 1er rang des attentes. Ainsi, plus de 8 dirigeants sur 10 souhaitent une amélioration du statut fiscal des heures supplémentaires, une révision de la durée du travail et un assouplissement des CDD. De même, 2 sur 3 voudraient voir assouplies les obligations liées aux changements de seuils.
Autre piste pour faciliter le recrutement, 76% préconisent que les formations initiales soient plus opérationnelles.

Un fort sentiment de vulnérabilité dans un contexte de judiciarisation croissante de la société

Interrogés sur les risques qui les préoccupent, les dirigeants mettent en tête, parmi 16 menaces identifiées, 2 points qui relèvent d’une « judiciarisation croissante de la société » : 8 dirigeants sur 10 se déclarent préoccupés (et même « très préoccupés » pour 3 sur 10) par une possible mise en cause de leur responsabilité civile et pénale. Et le risque de procédure prud’homale préoccupe les deux tiers des chefs d’entreprise interrogés.

Au-delà des préoccupations économiques, des préoccupations plus nouvelles émergent : risque d’image, crise médiatique, cyber risques…

61% des chefs d’entreprise se disent préoccupés par la gestion de l’image et de la réputation de leur entreprise véhiculées par Internet et un sur deux par le risque de crise médiatique. Amplifiés par la place croissante des réseaux sociaux, ces risques deviennent des préoccupations. Autre nouveauté : les cyber risques prennent une place notable parmi les sujets de préoccupation avec là aussi près d’un chef d’entreprise sur deux qui mentionne ce risque (46%).

Dans un environnement peu favorable à l’entrepreneuriat, les chefs d’entreprise sont pourtant positifs sur la situation de leur propre entreprise

Les trois quarts des chefs d’entreprise interrogés considèrent qu’il est plus difficile de monter une entreprise aujourd’hui qu’il y a 20 ans. Pour autant, les dirigeants sont plutôt positifs sur la situation de leur propre entreprise : 58% estiment qu’elle se porte bien ou très bien, seuls 9% jugeant au contraire qu’elle va mal. De même, leur vision de l’avenir est plutôt positive, puisqu’un quart des chefs d’entreprise pensent que leur entreprise va connaître une croissance et seuls 6% que leur activité risque de se dégrader.
Confirmation que les chefs d’entreprise gardent une certaine confiance : seulement 8% déconseilleraient à une personne tentée par la création d’entreprise de se lancer dans cette aventure.

_______________________________________________________________________________________________________

Méthodologie de l’enquête

Enquête réalisée pour AXA Entreprises par Ipsos, auprès de 500 dirigeants d’entreprises de 10 à 500 salariés, un échantillon national représentatif selon la méthode des quotas appliquée au secteur d’activités, à la taille de l’entreprise et la région d’implantation. Étude menée du 15 mai au 20 juin 2014 par entretiens téléphoniques de 25 minutes.

À propos d’AXA Entreprises

AXA Entreprises accompagne les TPE, PME et entreprises à taille intermédiaire (ETI) dans la prévention et la gestion de leurs risques, en proposant des solutions adaptées aux entreprises, à leurs dirigeants et à leurs salariés.
Les réseaux de distribution d’AXA Entreprises (CA : 3,5 milliards €), ce sont 1 400 Agents AXA et 1 200 courtiers, spécialistes des assurances de l'entreprise et qui en connaissent les spécificités. À l'écoute des évolutions sur les plans matériel, financier et humain et constamment formés, ils s'appuient sur l'expertise des équipes AXA et disposent d'une large palette de garanties et de services. Plus de 2 000 collaborateurs sur 16 sites en France les accompagnent au quotidien. (www.entreprise.axa.fr)